Les 5 sports les plus extrêmes…

Dévalez un volcan actif de 2380 m à une vitesse de 80 km/h avec seulement quelques protections est considéré par de nombreux amateurs de sports de sensations fortes comme le plus cool de tous les sports. Des milliers de voyageurs se dirigent vers les contreforts de la montagne de Cerro Negro au Nicaragua chaque année pour participer à la nouvelle folie sportive.

Les surfeurs, vêtus de costumes de protection, de genouillères et de casques, peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 80 km/h sur leurs surfs en bois spécialement construits pour ce sport. Depuis sa création, en 2005, le volcan a attiré plus de 10.000 participants.

2) Le Limbo-Skating

Pour certains, cela peut sembler être presque impossible, mais pour d’autres, le limbo-skating (roller sous les voitures) est le sport dernier cri en Inde. Il nécessite la souplesse, la force et l’équilibre d’un gymnaste. L’enfant Aniket Chindak détient le record du monde officieux de limbo-skating sous 57 voitures.

3) Le S-Bahn Surf

Le surf sur train, complètement illégale, est un sport où il faut courir, escalader et «surfer» sur le toit d’un train ou d’un métro en mouvement. Cette pratique est un problème grave en Afrique du Sud, où de nombreux jeunes ont été tués ou blessés.

Ce «sport» a été rendu populaire dans les années 1980 en Allemagne, où il a été appelé « S-Bahn Surf ». Le phénomène a ensuite été oublié, mais en 2005, il a été redécouvert par un gang de Francfort, en Allemagne. Le chef de l’équipage qui se faisait appeler « Le Trainrider » célèbre surfeur de l’InterCityExpress, le train le plus rapide en Allemagne.

4) Le saut à l’élastique

Vous êtes un blasé du saut à l’élastique ? Vous pourriez envisager d’imiter la façon dont ces Australiens pimentent le sport: sauter à l’élastique dans de l’eau contenant crocodiles vivants.

5) Le AirKick

Dans ce sport extrême étrange, une catapulte humaine lance les participants à plus de 26 pieds en l’air dans une piscine ou un fosse de mousse. AirKick propulse les participants dans les airs sur une trajectoire parabolique pré-calculée en utilisant une combinaison spéciale de la pression de l’air et de la technologie de recul de l’eau. Le participant est assis dans un siège spécialement construit à l’extrémité arrière du bras de la catapulte et 3,2,1 … décollage!

Le participant met en mouvement le dispositif en appuyant sur un bouton. Environ 60 litres d’eau sont ensuite envoyées à travers un tuyau sous le siège. Cette eau sous pression (de 8 à 10 bars de pression) propulse le participant à 8 mètres (26 pieds) de haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *